LA UNE - janvier 2002
a
LETTRE OUVERTE A JACQUES CHIRAC ET LIONEL JOSPIN
les frères jumeaux de la cohabitation
a
Monsieur le Président,
Monsieur le Premier Ministre,
a
aaaaaa Si je vous écris une lettre commune, c'est que je suis victime d'un phénomène étrange et je ne suis apparemment pas le seul; je n'arrive plus à vous distinguer l'un de l'autre dans cette cohabitation, qui vous unit non pour le meilleur, mais pour le pire.
aa
aaaaaa Pour le pire, j'ai honte pour la France, alors qu'un grand homme disparaît, Léopold Sédar Senghor, vous avez préféré vous reposer alors que vous auriez dû représenter la France auprès de cet Africain, homme politique français, premier président du Sénégal, homme de culture et poète de la négritude, membre de l'Académie français. Vous ne pouviez être plus odieux, plus abominables à l'égard d'un tel homme et d'une Nation, le Sénégal dont les liens avec la France remontent à quatre siècles. Vous ne pouviez montrer autant le fond de votre caractère : le racisme et la morgue à l'égard de nos amis africains et des représentants des pays francophones qui accompagnaient ce grand homme d'État à sa dernière demeure. Votre comportement en cette circonstance démontre votre indignité, votre bassesse, votre déshonneur. Oui, j'ai honte pour la France.
a
aaaaaa Malgré tous les efforts que vous déployez pour nous convaincre de vos différences, notamment sur le fait que l'un est le candidat de la droite et l'autre le candidat de la gauche, dans mon esprit tout se brouille, vous ne faites plus qu'un. Vous ressemblez à ces jumeaux interchangeables qui récitent le même discours dans les albums de Tintin, Dupont et Dupond.
a
aaaaaa Je sais bien qu'à l'approche des élections présidentielles, pour rameuter vos électeurs, vous passez le plus clair de votre temps non à gouverner mais à vous chamailler, à vous lancer des piques, à polémiquer sur tout et sur rien. Tout cela en vain car, si vous vous opposez ce n'est pas sur de grandes orientations ou sur un programme. Vous avez les mêmes, mais c'est pour montrer que vous faites preuve de plus de zèle que l'autre... pour aller dans la même direction.
a
aaaaaa Plus de zèle que l'autre dans la construction de l'Europe inspirée par Jean Monnet, celle des banquiers, des managers, des technocrates et des lobbies.
a
aaaaaa Plus de zèle que l'autre pour se rallier à la pensée ultralibérale qui, au nom de la mondialisation, ignore la justice sociale, l'égalité devant la loi, la solidarité, la sécurité et ne connaît qu'une seule loi : la loi de la jungle où le plus fort peut impunément écraser le plus faible.
a
aaaaaa Plus de zèle que l'autre pour conforter les technocrates-managers qui livrent leurs entreprises aux fonds de pension américains au détriment de l'économie française, laquelle est le dernier de vos soucis, et surtout au détriment des travailleurs français qui sont traités comme des esclaves.
a
aaaaaa Plus de zèle que l'autre en ce qui concerne le culte de mort : l'on ferme les maternités, on supprime des lits d'hôpitaux quand ce ne sont pas les hôpitaux eux-mêmes; les enfants ne doivent pas naître; les anciens doivent mourir le plus tôt possible, ils coûtent trop cher. On les méprise comme on méprise docteurs, internes, infirmières qui gagnent trop estiment nos technocrates !
a
aaaaaa Plus de zèle que l'autre pour se prosterner devant la superpuissance hégémonique américaine dont vous essayez pitoyablement de vous concilier les bonnes grâces et les faveurs. Cet État sans nom, selon l'écrivain américain, Eugène Green, qui nomme son pays : La Barbarie.
a
aaaaaa Après avoir fait jouer à nos forces armées un rôle peu glorieux de supplétifs contre la Serbie, peuple ami depuis plus d'un siècle, auquel vous avez, en toute illégalité, déclaré la guerre. Vous avez soutenu les fondamentalistes musulmans, bosniaques et albanais ainsi que les terroristes-mafieux de l'UCK. Puis vous vous désolez que les Américains n'aient même pas daigné solliciter votre concours, sinon à titre purement symbolique, lors de la guerre d'Afghanistan. Ce n'est là qu'un élément de la guerre dite intégrale dont le concept a été défini par le général Lucien Poirier, que vous n'avez évidemment pas lu.
a
aaaaaa Il n'y a qu'un seul point sur lequel vous ne faites preuve d'aucun zèle et d'aucune rivalité : la défense des intérêts de la France que vous êtes censés gouverner. Il est vrai que "ce pays", comme vous dites, est trop petit, ringard, usé, dépassé, sans intérêt. Pour vous, le seul avenir de la France, c'est sa disparition dans l'Europe germanique. Pour atteindre cet objectif dont vous pensez qu'il est le comble de la modernité, il faut aller vite, de plus en plus vite et mettre notre peuple devant le fait accompli sans qu'il soit consulté car il pourrait dire non.
a
aaaaaaQuant à vous, vous ne savez pas dire NON, vous dites toujours oui. Votre complicité pour la disparition de la langue française et de la francophonie au profit de l'anglo-américain est patente. D'autant plus que vous souhaitez, à l'intérieur même de notre pays, imposer et rendre obligatoire, selon les instruction de la Commission de Bruxelles, les langues régionales minoritaires au détriment du français. La France pratiquera alors légalement plusieurs langues, ce qui entraînera son démantèlement. Car, que ce soient les Américains, les Allemands ou les Britanniques leur seul souci est que la France n'existe plus. Elle est trop dangereuse. Ceci appartient à la guerre culturelle, partie prenante de la nouvelle forme de guerre dont je parlais plus haut, la guerre intégrale.
a
aaaaaaL'un et l'autre vous vous êtes entendus pour mettre en place une loi sur la présomption d'innocence qui a commencé immédiatement à faire connaître ses méfaits. Vous n'êtes pas à une contradiction près lorsque l'un d'entre vous déclare à Oradour-sur-Glane, le 16 juillet 1999 : « Je salue la décision du Tribunal pénal international de la Haye, qui, pour la première fois dans l'Histoire de l'humanité, a inculpé un chef d'État en exercice pour crime contre l'humanité ». - Bien évidemment, les bombardements sur Belgrade, quotidiens en Irak, ne sont pas des crimes contre l'humanité ! - La justice est-elle un mot sans consistance ? Vous avez décidé que les parquets auraient toute liberté. Ainsi, la justice rendue à Versailles ne sera pas la même que celle rendue à Strasbourg, celle de Rennes contredira celle de Lille, etc.
a
aaaaaaVotre conception de la famille se rejoint en ce sens que vous méprisez les mères de famille, et que vous estimez que le nombre d'enfants est un moyen pour un couple de gagner de l'argent, aussi diminuez-vous les allocations familiales tout en les intégrant à l'impôt sur le revenu, qui du coup est augmenté d'autant. Le mépris du peuple va si loin que les familles et les petites entreprises touchées par la marée noire de l'Erika, les inondations de la Somme et l'explosion de Toulouse ne seront in-demnisées que dans plusieurs années. Si elles le sont !
a
aaaaaaVous vous accordez parfaitement pour saborder l'unité de la République et donner l'indépendance à la Corse en premier lieu, à d'autres régions ensuite. Pour détruire ce qu'il reste de souveraineté à la France, après avoir liquidé sa défense au profit de l'OTAN et sa monnaie au profit de l'euro, vous vous êtes adjoint, le ben Laden de l'anti-France, le redoutable hypocrite Giscard dit d'Estaing, le Général disait : « Il ne suffit pas d'être suffisant pour suffire ». ainsi pensez-vous en finir avec notre constitution, que vous avez déjà commencé en un parfait accord de démanteler pour faire place à une constitution européenne.
a
aaaaaaDemain, "grâce" à vous, la France sera ravalée au rang d'une simple région européenne, une sorte de petite Louisiane. Or devant la peur que la France, ce "petit pays" soit isolé, vous nous précipitez dans cette fuite en avant qui ignore toute réflexion, toute vision à long terme. Hommes déculturés, vous avez oublié que la France fut le premier pays chrétien et que cette imprégnation en a fait le seul, je dis bien le seul, à avoir le sens de l'universel.
a
aaaaaaSouffrez que, face à votre inconscience, à votre inconséquence, à votre incompétence, j'ose, à titre personnel, vous dire NON à tous deux, sans crainte d'être isolé. Vous n'avez pas d'âme ou plutôt vous êtes des âmes perdues, vous refusez que l'aventure humaine soit un principe de liberté. On comprend alors les raisons qui vous ont poussés à reconnaître le gouvernement de Vichy. Vous me faites presque regretter François Mitterrand...
a
aaaaaaSans doute, me traiterez-vous comme d'autres de nostalgique de la République, du gaullisme et de la France mais j'assume cette nostalgie face à votre prétendue modernité qui n'est que du vent, ce vent qui fait tourner les girouettes. Vous maintenez le pays dans la peur, vous donnez l'illusion de la vie, vous nous racontez des histoires et vous déshumanisez la Nation, mais vous êtes morts et vous voulez notre mort. Rêver, Messieurs, a une vertu thérapeutique qui met fin à la violence, c'est la Parole et non les propos. Par votre faute, nous allons droit à un "big bang" politique.
a
aaaaaaRecevez, Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre; l'expression de ma (très) faible considération et réfléchissez à cet aphorisme arabe : « Le temps est chercheur d'or. »
a
Jacques Dauer
26 décembre 2001